MENU
Écoute en direct
 
 
Exprimez-vous! Par téléphone Par courriel Sur Facebook
Nouvelles
Actualités

14 septembre 2018

Élections 2018: nouvelles promesses et bilan de campagne

par Communiqués de presse

Michel Forget, Parti Québecois

Le candidat du Parti Québécois dans Côte-du-Sud, Michel Forget, a présenté jeudi ses engagements en matière de développement économique et d’agriculture.

M. Forget a d’abord mentionné que son parti réinjecterait 83 millions de dollars sur quatre ans pour le développement des MRC. Le candidat péquiste estime qu’il s’agit d’un montant coupé par le gouvernement libéral lors de l’abolition des CRÉ et de la fermeture de plusieurs CLD. Les MRC pourraient toutefois choisir leurs modèles.

Dans Côte-du-Sud, la décentralisation doit également toucher les trois Carrefours jeunesse emploi (CJE). Créés par le Parti Québécois, ces organismes ont aidé des centaines de milliers de jeunes québécois à trouver leur place dans la société. Cependant, depuis l'arrivée des libéraux au pouvoir, ces carrefours se sont vu imposer des contraintes, en plus de perdre des alliés qu'étaient les CRÉ, les CLD et les Forums jeunesse. Actuellement, un jeune doit correspondre aux critères établis par le gouvernement pour profiter des services offerts par les CJE. Tant pis pour lui si ce n'est pas le cas! Les CJE ne peuvent plus faire d'orientation sans la tutelle d'Emploi-Québec. Des programmes ont été abolis (IDEO 16-17, Défi de l'entrepreneuriat). Des CJE doivent même faire des campagnes de financement pour soutenir certains programmes, dont Place aux jeunes! "Il faut revenir à la mission d'origine des CJE et laisser ces organismes déterminer les moyens à mettre en œuvre pour atteindre leurs cibles. Si je suis élu, je m'engage en ce sens" de déclarer Michel Forget.

Simon Laboissonnière, Parti Libéral du Québec

Lors de sa tournée en Côte-du-Sud avec le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. François Blais, le candidat du Parti libéral du Québec, Simon Laboissonnière, a souhaité rencontrer les membres du conseil d’administration du Camp Canawish pour discuter de leurs démarches visant la reprise de leurs activités.

Lors de cette visite à Rivière-Ouelle, les membres du CA ont été en mesure d’expliquer la situation que vit présentement le camp de jour. Le candidat libéral s’engage à appuyer les démarches que les organisateurs auront choisies pour assurer la réouverture du Camp. « Le Camp Canawish est un site exceptionnel qui offre des séjours aux personnes devant composer avec des handicaps physiques ou intellectuelles. C’est un emblème au Kamouraska et c’est pourquoi je vais travailler en collaboration avec les organisateurs pour assurer la pérennité du Camp », explique Simon Laboissonnière.

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale abondait dans le même sens que le jeune candidat : « La pénurie de main-d’œuvre est un défi auquel fait face l’ensemble des régions du Québec. Je me réjouis que Simon appuie des initiatives locales qui visent à trouver des solutions pour pérenniser les industries et les organismes de sa circonscription. »

Les deux représentants du Parti libéral du Québec ont également profité de cette journée pour visiter les locaux des Ateliers Mon Choix et du Service d'Aide à l'Emploi du Kamouraska (SAE) afin de discuter des enjeux rencontrés par les membres des deux organismes. Ils ont terminé la journée par une rencontre avec les dirigeants d’Aliments Asta inc. afin de parler de l’importance de l’immigration pour pallier le manque de main d’œuvre.

 

Marie-Eve Proulx, Coalition Avenir Québec

Marie-Eve Proulx dresse un bilan de mi-campagne extrêmement positif. La candidate de la CAQ peut se vanter d'avoir déjà rencontré 42 des 45 municipalités du comté en plus d'avoir visité plus de 2000 foyers. Dans une campagne dynamique, à l'image de sa personnalité énergique, Mme Proulx est allée à la rencontre d'agriculteurs, d'élus municipaux, d'entreprises, de familles, de personnes âgées sans oublier les organismes œuvrant sans le domaine de la santé et de l'éducation, entre autres.

 

« J'avais déjà une très bonne connaissance des réalités de notre région mais depuis le début de la campagne, j'ai eu l'occasion d'ouvrir un dialogue avec les citoyens, de les entendre et de comprendre de quoi ils ont réellement besoin. Je suis maintenant convaincue que le changement que propose la CAQ est celui dont a besoin la Côte-du-Sud. »

 

Pendant le reste de la campagne, l'ancienne mairesse compte aller à la rencontre des acteurs du milieu de l'éducation ainsi que des parents pour entendre leurs préoccupations en plus de continuer à élaborer des stratégies de développement économique avec les PME de la région. Elle aimerait d'ailleurs que les médias nationaux accordent plus d'importance aux enjeux régionaux.

 

« Heureusement, je sais qu'un gouvernement de la CAQ saura donner aux régions toute l'attention qu'elles méritent. Je le sais et je prends l'engagement d'en faire une priorité de chaque instant. »

 

Est-ce que la candidate prévoit ralentir la cadence jusqu'à la fin de la campagne?

 

« Je ne prends rien pour acquis, je vais mener campagne sans relâche et profiter de l'occasion unique qui m'est offerte de me connecter directement sur les préoccupations des citoyens que j'entends représenter. »

 

 

Cette nouvelle provient du site Internet

Retour à l'accueil

Vous avezune nouvelle?